Suprême de volaille

Suprême provocation, le chef nous annonce que, faute de temps, nous devrons nous passer de dessert ; persuadés que nous ne ferons qu’une bouchée de ce cours, nous mettons aussitôt la main à la pâte… Il faut dire qu’il a vu grand : mise en bouche, entrée, plat…et le fameux dessert.

Pour la mise en bouche, emballage minutieux de billes de melon dans une demi tranche de magret fumé (sans se tromper de sens dans la découpe…), déposer ensuite le 1/9 d’Atomium sur un toast avec un délicieux beurre et faire couler une cuillérée d’échalotes aromatisées. Mouais, il avait raison, c’est plus long à faire qu’ouvrir un paquet de chips et une boîte de saucisses Zwan et en plus cela se mange plus vite.

Toasts au magret de canard

Bon la pâte, malaxage, pétrissage et laminage, laminage, laminage, laminage, avec parfois passage par un stage dentellière de Bruges, laminage, laminage, laminage, le tout sur fond de jurons de la petite voix de Pierre chaque fois que sa manivelle tombe.
Découpage, farcissage, montage, la tour monte à sa vitesse d’escargot pour se couronner d’un champignon tourné par le chef (il a bien compris que si nous devions y arriver par nous mêmes il aurait fallu livrer une camionnette de champignons pour en avoir une quinzaine de présentables). C’est jooooliii ! En plus cela se révélera délicieux à la dégustation même si par rapport au travail on s’attendait à ce que la pâte soit plus goûteuse.

Lasagne verte aux escargots

Pour le plat principal, le chef ne nous a pas ménagé le travail et l’on passe par toutes les phases d’exercice: brunoise de légumes, laminage, hachage, découpage de la viande pour la farcir. Ca se bouscule (toujours bruyamment) un peu au piano avec quelques fausses notes de russe oubliée dans l’incendie de Moscou, d’assiettes chaudes sorties trop tôt, tout cela pour nous faire taper sur les doigts à juste titre pour notre manque d’organisation dans la mise sur assiette qui fait qu’une fois en salle nous mangeons un peu tiède…

Suprême de volaille, sauce poireaux

Suprême de volaille, sauce poireaux

Même si nous nous régalons en admirant les champignons cueillis avec amour (et des gants blindés) par Pierre. Notre vue ne sera pas troublée par le Cabernet Sauvignon chilien aux puissants arômes de fruits mûrs. Et, nous nous passerons de dessert, même si nous avons eu le temps de faire les crêpes (dont la finesse variait de celle la tortilla à celle du papier à cigarette), de les farcir mais pas de les chocolater, raaaaaahhh ! Ah c’est dur la vie !

Décoration de table

Crêpes mikado

Vin, neblina

[ Roland ]

Advertisements

Poster un commentaire

Classé dans recettes

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s